Car si elle avait éteint son téléphone, c'était pour une raison bien précise : elle avait été très sensible à l'Appel des vingts lancé le 15 juin dernier, avec des recommandations comme

  • N'autorisez pas les enfants de moins de 12 ans à utiliser un téléphone portable sauf en cas d'urgence.
  • Lors des communications, maintenir le téléphone à plus de 1 mètre du corps.
  • Evitez le plus possible de porter un téléphone mobile sur vous, même en veille. Ne pas le laisser à proximité de votre corps.
  • Etc.

Elle m'a expliqué tout simplement que si elle éteignait son téléphone, c'est parce qu'elle n'avait pas envie de se cramer la jambe. Sur le moment j'ai failli lui dire que c'est bien plus que la jambe qu'elle risquait de se cramer. Vu par exemple qu'en mettant son téléphone dans sa poche ou dans son sac, il n'est pas bien loin de ses ovaires...

Mais ce qui m'a frappé, c'est que j'étais d'accord avec elle. Car certes, nous avons fini par lui acheter un téléphone portable, mais après une opposition déterminée. Et basée sur un argumentaire articulé autour de trois points :

  1. Ce n'est pas tout d'acheter un téléphone portable, ça implique de payer chaque mois un abonnement, des communications, ou un forfait. Bref, ça coûte.
  2. La possession d'un téléphone portable induit des comportements débiles. On te passe les gens qui hurlent dans leur téléphone sans se demander si ça dérange les autres : si ça se trouve, ils feraient pareil si leur interlocuteur était devant eux. Mais surtout le téléphone portable laisse croire qu'il n'y a plus besoin de prévoir, planifier, se mettre d'accord avec les gens... un coup de téléphone suffira.
  3. Les téléphones portables utilisent des ondes électro-magnétiques dont l'innocuité est loin d'être prouvée. Les connaissances actuelles semblent même indiquer qu'elles peuvent être néfastes, pour le cerveau, pour la croissance, notamment. Avec des conséquences potentiellement très désagréables. Nous hésitons donc à t'acheter un objet qui pourrait être très mauvais pour ta santé; c'est notre rôle de parent.

Et nous lui en avons pourtant acheté un ? Oui, parce que nous avons réalisé que si elle voulait, voire avait besoin, d'un téléphone portable, ce n'était pas forcément pour téléphoner, mais pour le montrer à ses copines, pour s'échanger des photos par Bluetooth, pour faire écouter la chanson de l'Ile aux enfants qu'elle avait mise en sonnerie, etc.

Nous nous sommes donc assis sur notre argumentaire. C'est-à-dire que nous avons pris sur nous le point 1 (avec un forfait bloqué, mais qui n'a jamais été atteint pour la raison exposée à l'instant). Comme elle avait déjà passé un trimestre au collège sans téléphone portable, elle avait pris de bonnes habitudes que le téléphone portable n'a pas défaites : voilà pour le point 2.

Elle venait tout bonnement de mettre en application le point 3.